Union eurasiatique: comment se débarrasser rapidement du dollar?

Les experts du club de discussion Valdaï et de la Banque eurasiatique de développement ont évoqué les possibilités de dédollarisation des pays de l’espace postsoviétique.

Ayant reconnu qu’en comparaison avec d’autres pays le niveau de dollarisation financière était très élevé dans les pays membres de l’Union eurasiatique, ils ont souligné qu’il fallait tout de même renoncer au dollar.

Ces dernières années, les plus grandes économies veulent de plus en plus manipuler les flux financiers et exercer une pression politique sur leurs partenaires parmi les pays émergents, écrit le site d’information Gazeta.ru faisant le point sur la discussion des représentants du club Valdaï et de la Banque eurasiatique de développement.

Pour la Russie et d’autres membres de l’Union économique eurasiatique (UEEA), réduire la dépendance envers le dollar est une question de survie. Le pic de dépendance de ces économies envers la monnaie américaine a été enregistré en 2014-2016, quand la part de l’épargne en devises étrangères avait significativement augmenté dans tous les pays de l’UEEA sous l’effet aussi bien des chocs extérieurs que du ralentissement de la croissance économique.

Par exemple, en Arménie, le niveau de dollarisation de l’épargne s’élevait à presque 70% en 2016, et la dollarisation des prêts dépassait 60%. Le niveau de dollarisation des prêts était similaire au Kazakhstan, mais l’épargne en dollars ne dépassait pas 35%.

La Biélorussie est en tête du classement avec une dollarisation des prêts de presque 75% et environ 60% de l’épargne.

En Russie, la situation est plus favorable de ce point de vue: seulement 20% de l’épargne et moins de 40% des prêts sont en dollars.

Comme l’a expliqué Alexeï Kouznetsov, économiste de la Banque eurasiatique de développement, les principales raisons de la dollarisation de l’économie sont le niveau d’inflation élevé, la présence de différentes formes de gestion du cours du change, et la volatilité macroéconomique. «On perçoit clairement un lien entre l’inflation et le niveau de dollarisation financière», explique l’expert.

Néanmoins, la dédollarisation dans le cadre de l’UEEA avance lentement. Une dédollarisation efficace nécessite de fédérer le groupe des Brics + (le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud avec encore une trentaine de partenaires) ou encore l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS).

Le groupe des Brics + représente près de 40% de la population de la planète, et l’OCS 50%. Hormis la Chine et la Russie, l’OCS inclut le Kazakhstan, le Kirghizistan, le Tadjikistan, l’Ouzbékistan, et depuis récemment l’Inde et le Pakistan. Soit plus de 3 milliards d’habitants.

La Russie est prête à s’éloigner du dollar avec la Chine. Pendant le sommet des Brics en 2017 dans la ville chinoise de Xiamen, Vladimir Poutine avait laissé entendre que la Russie partageait les préoccupations des Brics concernant l’emprise du dollar sur les opérations internationales.

Iouri Kofner, expert du Haut collège d’économie, pense que les pays de l’UEEA pourraient songer à la création d’un «écu eurasiatique». Selon lui, il est inutile de remplacer le dollar et l’euro, par exemple, par le rouble ou même le yuan.

Source: https://fr.sputniknews.com/

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *